Naloxone

Réduction des méfaits | Programme d’échange de seringues


Visitez notre bureau ou envoyez-nous un courriel à info@aidsnb.com.

Entraînement en ligne (seulement en Anglais).


L’extrait suivant est tiré directement de Canada.ca au sujet de la Loi sur les bons samaritains secourant les victimes de surdose.

Concernant la Loi sur les bons samaritains secourant les victimes de surdose
La Loi sur les bons samaritains secourant les victimes offre une certaine protection juridique aux personnes réclamant une aide d’urgence en cas de surdosage.

La Loi est entrée en vigueur le 4 mai 2017. Elle vient s’ajouter à la Stratégie canadienne sur les drogues et autres substances, notre approche globale en matière de santé publique relative à la consommation de substances. La réduction des méfaits est un élément clé de la stratégie aux côtés de la prévention, du traitement et de l’application de la loi.

Nous espérons que la Loi permettra de réduire la crainte vis-à-vis des services de police se trouvant sur les lieux de cas de surdosage et qu’elle encouragera les personnes à offrir leur aide afin de sauver des vies.

Protection juridique accordée par la Loi
La Loi sur les bons samaritains secourant les victimes de surdose offre une protection juridique aux personnes qui sont en train de faire un surdosage ou qui sont témoins d’un surdosage et qui composent le 911 ou leur numéro d’urgence local pour obtenir de l’aide.

Cette loi peut vous protéger:

    • De l’interdiction de possession de substances désignées (drogues) aux termes du paragraphe 4(1) de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances.
    • Des conditions relatives à la possession simple de substances désignées (drogues) dans les situations suivantes :
      • liberté provisoire,
      • ordonnance de probation;
      • libération conditionnelle;
      • ordonnance de sursis.

La Loi sur les bons samaritains secourant les victimes de surdose s’applique à quiconque demande de l’aide d’urgence dans le cas d’un surdosage, y compris la personne en situation de surdosage. La Loi protège la personne qui demande de l’aide peu importe si elle reste ou si elle quitte la scène de surdosage avant l’arrivée de l’aide. La Loi protège également quiconque demeure sur les lieux lorsque l’aide arrive.

La Loi n’accorde pas de protection juridique dans le cas d’infractions plus graves telles que :

    • des mandats non exécutés;
    • la production et le trafic de substances désignées;
    • tous les autres crimes non précisés par la Loi.